Génération Y et expatriation: le casse tête des RH et service mobilité!

Elle est née avec internet et les réseaux sociaux, elle a très souvent déjà connu l’expatriation avec ses parents, elle  a vécu les Erasmus et les années de césure à l’étranger, rien ne fait peur à cette Génération Y.

Parfaitement adaptables, ce n’est pas le grand confort qu’ils recherchent, , ils sont prêt à partir pour de courtes ou longues missions, sans états d’âmes et sans craintes avec un seul objectif: vivre une nouvelle expérience

Ils sont capables de partir au pied levé, du jour au lendemain, à 300 kilomètres ou 10000 kilomètres!

Peu exigeante la génération Y? Oh que si!:

  • Pays sans réseau interdit
  • S’il est en couple, il portera une attention particulière à la carrière de son conjoint: cette génération du « moi d’abord », devient une génération du « nous d’abord » lorsqu’il est en couple, au risque de voir refuser net l’expatriation si celle-ci met en péril leur vie de couple ou les prive d’un second salaire. Equilibre et niveau de vie du couple sont non négociable!
  • Enfin, au retour d’expatriation, cette génération zappeuse n’hésitera pas à aller voir ailleurs si l’entreprise ne répond pas à ses exigences. Et, rappelons le, à la différence de la génération X, le « ailleurs » peut être partout dans le monde!

Dans ces conditions, difficile d’optimiser le retour sur investissement d’une mobilité géographique pour les  responsables des ressources humaines !