Mobili-pass: il est urgent de recadrer la situation

Chers clients, chers salariés en mobilité,

Action Logement, service public, organisme collecteur du 1% logement lance une vaste campagne de publicité dont l’objectif est de faire connaitre aux entreprises, quelles que soient leur taille ou leur localisation, que bien des solutions existent pour venir en aide à des salariés face à leurs problèmes de logement, par l’intermédiaire des sociétés de Relocalisation.

Cela aurait pu être une belle opportunité, pour nous, sociétés de relocation, qui travaillons aux cotés des entreprises et des salariés en mobilité depuis de nombreuses années, de mieux vous accompagner.

Or l’orientation que prend cette campagne est fortement déstabilisatrice. Elle laisse croire que l’accès à ces prestations est réservée à la seule Action logement,  à la fois collectrice du 1% logement et redistributrice de cette même enveloppe.  Il n’en est rien!

Pour mémoire, Action Logement, service public, ex 1% Logement, a d’abord une vocation sociale de construire, financer et entretenir le parc des logements sociaux et intermédiaires, contribuant ainsi au renouvellement urbain et à la mixité sociale. Au fil des ans sont venus s’ajouter différents services destinés à faciliter l’accès au logement des salariés et favoriser l’emploi et particulièrement la subvention MOBILI-PASS®. Cette subvention permet de financer, sous conditions, tout ou partie des missions de recherche de logement individualisée et d’installation.

Depuis la création du MOBILI-PASS®, voilà près de quinze ans, Action Logement, service public, a créé des filiales, sociétés privées, à but commercial afin d’offrir, parallèlement, des services de Relocalisation sous le nom de CIL-PASS MOBILITÉ®. Permettant d’un côté d’augmenter le nombre de bénéficiaires, ce qui peut paraître louable, mais semant, d’un autre côté, par mélange des genres, le doute auprès des sociétés collectées, facilement convaincues que seuls les collecteurs permettaient l’accès aux services cités plus haut. Le coût de fonctionnement de l’ensemble a fortement crû. Critiquée pour sa lourdeur et ses coûts de fonctionnement, Action Logement a fait l’objet d’une réforme avec l’ordonnance du 20 octobre 2016. Cette ordonnance supprime de nombreuses structures et oblige à reclasser de nombreux salariés, tout en effectuant d’importantes économies, 100 millions d’€.

Les sociétés de relocations auxquelles vous faites confiance depuis de nombreuses années ont fait de la mobilité professionnelle leur cœur de métier : Adhérentes au SNPRM (Syndicat National des professionnels de la relocation et de la mobilité), elles suivent régulièrement des formations, reconnues par  des certifications européennes, elles peuvent se targuer d’être toujours à la pointe de l’information, tant sur le plan national qu’international, et, grâce à leur réseau de partenaires, en totale indépendance financière,  s’imposent de résoudre tous les problèmes qui se font jour dans tous leurs domaines d’expertises (de la coordination du déménagement à la protection sociale, en passant par l’éducation, l’emploi du conjoint, la gestion des dépenses liées au salarié, la fiscalité des expats, les formalités administratives, l’immigration, l’interculturel et bien sûr, cœur du métier et produit d’appel, le logement).

Le paysage qui est en train de se dessiner, à coup de communication massive, financée par les prélèvements  obligatoires des entreprises au 1% logement, risque d’être bien moins transparent et efficace demain : l’argent public, celui du 1% Logement, servira donc à financer le fonctionnement d’une méga-société de relocation contrôlée par l’Etat, et soumise aux lourdeurs des grosses structures.  Les petites structures, plus mobiles et adaptées à vos besoins, ne craignent pas la concurrence, si elle est loyale!

Vous pourriez être tenté de répondre aux sirènes de la communication. Mais soyez-le en toute transparence: vous avez le choix du prestataire, le mobili pass n’est pas exclusivement assuré par Action Logement. Vous appréciez la disponibilité, l’écoute et l’implication des consultantes sur le terrain? Une grosse structure publique rendra-t-elle les mêmes services? A faire du social, de la construction, et de la relocation, le professionnalisme sera sans doute un peu moins aiguisé.

Si vous souhaitez éviter cette situation et protéger la qualité des relations que vous avez avec votre prestataire, sachez mettre en concurrence vos prestataires et Action Logement de manière complète et durable.

Vos réactions nous seront précieuses pour nous aider à agir, sur ce blog, ou auprès du SNPRM (06 86 41 50 56 / thierry.schimpff@wanadoo.fr)

How to sort your garbage in France?

Here is a drawing that will help you to find the right container to throw away your garbage:

– glass

– plastic bottles,

– papers

In France too, you can  contribute to save energy and our planet…

Thanks for our children

Travailler efficacement avec les Indiens

Avec une population 1,2 Milliards d’habitants,  une croissance de 3,9% et un chômage de 4,4%, l’Inde est un pays en plein développement. L’explosion de la délocalisation offshore notamment ont engendré des changements économiques et sociaux importants au sein de la société indienne. Avec des universités et des universitaires performants, elle offre une main d’œuvre peu chère mais qualifiée; pas étonnant que les échanges entre la France et l’Inde se multiplient, dans un sens comme dans l’autre. Cependant, pour les expatriés français en Inde, comme pour les Indiens en France,  les différences culturelles rendent parfois la collaboration difficile. Zoom sur quelques différences:

  • Les différences culturelles se situent au niveau de la perception du temps notamment: En Inde, le temps est  perçu comme aléatoire : les délais ne sont jamais définitifs et peuvent donc être modifiés si cela est nécessaire. Le délai fixé devra être précis et confirmé par mail, au risque de déraper définitivement. ll faut faire preuve de patience au risque de mettre en péril des relations commerciales.
  • L’indien fonctionne beaucoup dans la communication, l’échange et le relationnel; il aime le contact verbal. Mais pour être sur que votre message est entendu, il faudra utiliser le mail pour reformuler et valider l’échange téléphonique. L’indien a également besoin de se situer par rapport à son interlocuteur pour mieux le comprendre; aussi sera-il curieux de vous, sans barrière entre la sphère privée et la sphère professionnelle. Alors, il sera plus efficace.
  • L’indien est collectif: dans sa vie personnelle comme professionnelle, un projet est toujours éclaté pour être traité par petits morceaux puis, ensuite, être regroupé.
  • Enfin, l’indien ne vous donnera jamais un retour sur l’avancement d’un dossier. Il ne sera jamais catégorique sur un sujet, au risque de perdre la face. Si vous voulez un feedback, il faudra le solliciter par téléphone, en étant vigilant à ne pas donner une impression de contrôle ou de surveillance, très mal perçue. Mais vous n’oublierez pas de confirmer par e mail..

La culture indienne est complexe, incorporant une variété d’influences que nous, occidentaux avons parfois du mal à comprendre.

 

Travailler efficacement avec les espagnols

L’Espagne est un pays qui  a connu un essor extraordinaire à partir des années 80, puis une crise économique assez sévère dont elle n’est pas encore sortie. Aujourd’hui, plus d’un quart des espagnols sont au chômage; ces chiffres sont encore plus alarmants sur la population des jeunes: 57% des jeunes sont touchés par le chômage.

Mais malgré ces chiffres bien sombres, l’espagnol garde son positivisme et sa joie de vivre! Ils restent ouverts sur la différence et sont curieux des autres. Pas étonnant qu’ils s’internationalisent et quittent le pays…

Si vous travaillez avec des espagnols, il vous faudra cependant respecter quelques règles de base:

  • Les espagnols ont plutôt tendance à manquer d’estime envers eux mêmes; aussi pour être efficace, flattez les et développez une relation interpersonnelle. La convivialité les mettra plus à l’aise.
  • Sachez également que les jeunes espagnols considèrent les français comme arrogants, même s’ils apprécient notre savoir vivre. Soyez donc vigilants dans votre attitude. De même, il est souvent surpris de notre esprit critique; lui est détendu, agréable, positif, faites de même!
  • Si vous développez des relations avec un fournisseur espagnol, affichez la rigueur  française: soyez souple mais écrivez l’ensemble des conditions dans un contrat, avec précision, car la rigueur n’est pas le point fort des espagnols. De même, le prix doit être clairement défini au départ afin qu’il n’y ait aucune tentative de renégociation pendant la vie du contrat.

Définitivement, les espagnols sont des latins, aimant le bon vivre mais parfois, leur manque de raffinement vous obligera à faire preuve d’un excès de rigueur et de précision pour qu’une relation, toujours excellente dans les premiers temps, le soit jusqu’au bout!

 

 

Génération Y et expatriation: le casse tête des RH et service mobilité!

Elle est née avec internet et les réseaux sociaux, elle a très souvent déjà connu l’expatriation avec ses parents, elle  a vécu les Erasmus et les années de césure à l’étranger, rien ne fait peur à cette Génération Y.

Parfaitement adaptables, ce n’est pas le grand confort qu’ils recherchent, , ils sont prêt à partir pour de courtes ou longues missions, sans états d’âmes et sans craintes avec un seul objectif: vivre une nouvelle expérience.
[Read more…]

Ecoles internationales, écoles bilingues, écoles avec classes européennes, quelles différences?

A l’heure des préparations et réflexions sur la rentrée 2016, nous vous proposons un focus sur le flou qui règne autour des « écoles internationales ».  Comment se repérer?

Les classes européennes sont des collèges ou lycées classiques, avec quelques heures supplémentaires d’enseignement d’une des 2 langues étrangères (en général anglais ou Allemand). Ce sont les mêmes professeurs qui enseignent. Cet enseignement est destiné aux collégiens et lycéens français qui veulent mettre l’accent sur les langues. De nombreuses écoles, en région parisienne mais également partout en France, proposent cette option.

Il n’y a pas de supplément financier pour intégrer ces établissements mais en général, un bon niveau de base est requis.

 

Les écoles bilingues ou à sections internationales sont des collèges et lycées dont l’enseignement se fait en français avec un complément de 2 matières enseignées en anglais, à raison de 6 heures par semaines (en général, l’anglais et l’histoire).

Ces écoles s’adressent a des collégiens et lycéens parfaitement à l’aise en français, qui maitrisent très bien une une 2ème langue (souvent l’anglais). Les profils des élèves de ces classes sont, de ce fait, souvent des enfants ayant vécu à l’étranger lors de l’expatriation de leurs parents, ou des enfants de couple mixte, avec l’un des parents anglo-saxon.

Quelques exemples: la section internationale du lycée de Sèvres, du lycée Honoré de Balzac dans le 17ème, de la section internationale du collège Pasteur à la Scelle saint Cloud, ou de l’institut de la Tour dans le 16ème , l’Ermitage à Maisons Lafitte (liste non exhaustive).

S’ils sont publics, il n’y a pas de supplément financier pour intégrer ces établissements mais des tests de langues seront demandés pour les intégrer.

Enfin, une 3ème catégorie d' »écoles internationales » sont les lycées purement internationaux, a destination d’une population d’expatriés, non francophone. On citera par exemple l’école américaine de Saint Cloud, la British School de Croissy sur Seine, ISP dans le 16ème.

Les budgets pour intégrer ces écoles sont prohibitifs, souvent pris en charge par les sociétés dans le cadre du package négocié par l’expatrié.

Si cela n’est toujours pas clair, SOFIME Relocation  se fera un plaisir de vous aider dans votre apprentissage!

Conduire en France avec un permis étranger

Vous pouvez conduire en France avec un permis étranger mais en connaissant certaines règles:

1. Vous avez un permis européen

Les permis délivrés dans les autres pays européens sont reconnus en France.Le titulaire du permis peut l’utiliser si celui-ci respecte certaines conditions.

Par exemple, le permis doit être en cours de validité, le conducteur doit avoir atteint l’âge minimal fixé en France pour conduire.

Si elle le souhaite, la personne titulaire du permis peut demander de l’échanger contre un permis français, mais cela reste optionnel. Pour cela, elle doit avoir sa résidence principale en France et remplir les conditions nécessaire à l’obtention d’un permis de conduire français.

Les demandes d’échanges à Paris se font au Bureau des permis de conduire, Bd Ney dans le 18ème.

Pour plus d’informations, consulter : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1757

1.    Vous êtes titulaires d’un permis non-européen

Soyez plus vigilants si vous conduisez en France avec un permis non européen : en effet, si vous séjournez en France pour une courte durée (vacances, déplacement occasionnel), vous pouvez circuler avec votre permis si celui-ci est valide et comporte une traduction française ou internationale. En revanche, la durée maximale de conduite avec un permis non européen sur le territoire français est fixée à un an. Passé ce délai, il vous faudra faire un certain nombre de démarche à la préfecture pour échanger votre permis de conduire contre un permis de conduire francais.

Pour plus d’informations, consulter :
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1459

Votre retour est programmé pour la fin d’année scolaire? Anticipez les inscriptions dans les lycées privés!

Il existe 800 lycées privés en France mais difficile d’avoir une place garantie!

Quelles sont les démarches à suivre ?

L’inscription pour un lycée privé se fait directement auprès du chef de l’établissement concerné. Il faudra se présenter au RDV muni des documents suivants :

–       le livret de famille ou acte de naissance au nom de l’enfant,

–       un justificatif de domicile

–       certificats de vaccination ou le carnet de santé où celles-ci sont notifiées.

–       l’avis d’orientation de fin de collège et les bulletins trimestriels de 3ème (s’il passe en 2nde)

Si la demande est acceptée, les parents devront renvoyer le dossier d’inscription complété afin de finaliser l’inscription.

Les inscriptions se font généralement entre les mois de septembre et janvier pour l’année suivante et doivent être faite au plus tard au mois de juin précédant la rentrée scolaire.

 

Dans certains établissements très élitistes, les élèves passeront un certains nombre de tests. C’est à l’issue de ces tests et de l’entretien avec le responsable d’établissement et en fonctions des disponibilités que la faisabilité d’une inscription sera confirmée. Certains établissements acceptent les entretiens par Skype. Se renseigner auprès de l’établissement concerné.

 

Quels délais pour s’inscrire ?

Un enfant aura toujours une place dans le public. L’accès au privé n’est aussi systématique.

Aussi, selon l’établissement, la famille aura intérêt à faire l’inscription le plus tôt possible.  Certains collèges ont des listes d’attentes d’un an et restent très sélectifs! Disponibilités ne veut pas dire places assurées…

 

Frais d’inscription 

Il faut compter entre 1300€  ( académie de Versailles et Créteil) et 1500€ ( Paris)  de frais d’inscription mais cela peut monter bien plus haut dans les lycées internationaux.

Pour plus d’informations, consulter :

http://www.enseignement-prive.info/guide-inscription-lycee.html

Le lycée public à Paris, comment ca marche?

Pour prétendre à une affectation au lycée à Paris à recrutement académique, l’élève doit être en mesure de justifier la résidence principale à Paris de son représentant légal ainsi que par la réussite à l’examen du brevet de collèges (s’il rentre en 2nde).

Quelles sont les démarches à suivre ?
Au travers de AFFELNET, l’élève doit formuler 8 vœux, dont ceux pouvant concerner des formations à recrutement particulier (un vœu = un établissement). Les vœux porteront sur des  établissements relevant de leur district de résidence, hormis en ce qui concerne ceux portant sur des formations à recrutement particulier.

Puis je choisir le lycée ?

Pour les formations ne relevant pas d’un recrutement particulier, différents critères sont pris en compte pour l’affectation :

  •  des critères sociaux :
    élève boursier durant l’année 2013- 2014……………………………………….. 300 points
  •  des critères pédagogiques :
    (notes obtenues au contrôle continu du Diplôme National du Brevet)….……. 600 points
  • des critères géographiques (district) :
    lycées souhaités figurant dans le même district que le domicile de la famille……. 600 points

L’académie de Paris est divisée en quatre districts :

  • le district NORD ( 8ème 9ème 17ème et 18ème arrondissements),
  • le district EST (1er 2ème 3ème 4ème 10ème 11ème 12ème 19ème et 20ème),
  • le district SUD ( 5ème 6ème 13ème et 14ème arrondissements),
  • le district OUEST (7ème  15ème et 16ème arrondissements)

A l’issue de la décision d’affectation,  les parents doivent prendre contact avec le lycée d’accueil. Le dossier d’inscription varie d’un lycée à l’autre mais à titre indicatif, ce dossier peut être constitué : du formulaire de demande d’inscription, de la décision du conseil d’orientation, des bulletins trimestriels de l’année écoulée, d’un ou plusieurs justificatifs de domicile, de photographies d’identité de l’enfant

Certains lycées ont un recrutement particulier, national, type Henri IV ou Louis Le Grand.  Les lycées internationaux, publics également. (Voir chapitre suivant sur les établissements internationaux). L’inscription dans ce type de lycée après un changement de domicile commence par un entretien avec le chef d’établissement.

Pour plus d’informations, consulter : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2323.xhtml

 

 

Comment rejoindre un college privé lorsque l’on arrive de l’étranger

Mieux vous y prendre trés tot, même s’il existe 1800 collèges privés en France

Quelles sont les démarches à suivre ?

L’inscription pour un collège privé se fait directement auprès du chef de l’établissement concerné. Il faudra se présenter au RDV muni des documents suivants :

–       le livret de famille ou acte de naissance au nom de l’enfant,

–       un justificatif de domicile

–       certificats de vaccination ou le carnet de santé où celles-ci sont notifiées.

–       l’avis de passage en 6ème et les bulletins trimestriels de CM2.

–       Si l’enfant était précédemment inscrit dans une autre école, le certificat de radiation, établi par l’ancien directeur, leur sera également demandé.

Si la demande d’inscription est acceptée, les parents recevront un dossier d’inscription comportant un certain nombre de renseignements sur l’enfant et les choix le concernant (régime de l’enfant, première langue étrangère) qui devra être renvoyé au chef d’établissement afin de confirmer son inscription définitive.

Les inscriptions se font généralement entre les mois de septembre et janvier pour l’année suivante et doivent être faite au plus tard au mois de juin précédant la rentrée scolaire.

 

Quels délais pour s’inscrire ?

Un enfant aura toujours une place dans le public. L’accès au privé n’est aussi systématique.

Aussi, selon l’établissement, la famille aura intérêt à faire l’inscription le plus tôt possible.  Certains collèges ont des listes d’attentes d’un an et restent très sélectifs! Disponibilités ne veut pas dire places assurées…

 

Frais d’inscription 

Selon les établissements, sous contrat ou hors contrat (c’est à dire financement plus ou moins important par le public), les frais d’inscription varient selon les écoles mais s’échelonnent en moyenne entre 500€ et 1500€ par an (hors frais de cantine).

Pour plus d’informations, consulter : http://www.enseignement-prive.info/guide-inscription-college.html